Monsieur le Directeur Académique,

Je ne suis qu'une mère de famille qui se sent concernée par le sort réservé aux enfants dans notre société.

C'est par l'intermédiaire du blog tenu par Bernard Collot (http://education3.canalblog.com/archives/2013/02/08/26362876.html) que j’ai été mise au courant de l’affaire de Pierrefite ès Bois dans le Loiret, mettant en cause un enseignant, sa hiérarchie, les parents d’élèves, et la pédagogie.

Ce qui me me bouleverse, voire me met en colère, dans cette petite histoire de campagne, c'est que visiblement une petite poignée de mécontents a le pouvoir de détruire en un coup de cuillère à pot les efforts de toute une communauté autour de son école, à commencer par ceux de son enseignant. Vos services ont de drôles de méthodes de résolution de conflit si la mutation d'office et sur le champs est leur seule solution pour protéger un enseignant d'une cabale de parents violents ; c'est à désespérer de l'intelligence humaine...

Depuis dix ans que mon fils aîné est entré à l'école élémentaire, alors même que mon troisième fils en sortira en juin prochain, et que notre mobilité familiale nous a permis de fréquenter six écoles élémentaires différentes, je n'ai jamais eu le bonheur de rencontrer un seul enseignant tel que Monsieur N., qui envisage sa mission à l'aune de ce que j'ai personnellement connu étant enfant, à savoir des pédagogies dites actives. J'ai été très déçue, voire je me suis sentie flouée par l’Éducation Nationale car j'avais pensé naïvement qu'au lieu de stagner ou de diminuer, ces pratiques se seraient au contraire développées.

Je me sens donc révoltée et bafouée dans mes convictions lorsque je constate quel sort est encore réservé de nos jours aux quelques enseignants courageux qui se lancent généreusement sur ce chemin pour le plus grand bonheur des enfants, et - généralement une fois abattues les préventions liés à la méconnaissance des processus à l’œuvre au sein de ces classes - pour celui de leurs parents.

La refondation de l’école n’est pas facile et il me semble illusoire de penser qu'elle aura un commencement de réalité sans au contraire encourager les pédagogies actives et donc les enseignants qui les osent. C'est pourquoi il me semble que cette situation choquante de Pierrefite ès Bois mériterait vraiment de bénéficier de votre intervention apaisante et bienveillante afin que ces élèves retrouvent leur professeur et puissent mener leurs projets à leur terme.

La refondation de l’école n’est pas facile. Les réactions variées et contradictoires des organisations en place, ces jours-ci, le démontrent. Une porte d'espoir pourrait s'entrouvrir si les parents de l'école publique avaient enfin sereinement un mot à dire sur le choix des pédagogies qu'ils souhaitent voir offrir à leurs enfants. En l'état de l'institution, une seule vision ou presque de ce qu'est un enfant et de ce que les adultes doivent lui apporter est largement permise et c'est une vision très autoritariste. Les parents qui ont une vision plus optimiste et plus confiante envers les capacités des enfants à apprendre avec bonheur, ces parents-là sont otages de l'institution et c'est finalement assez insupportable.

La grande majorité des parents d’élèves de Pierrefite ès Bois et l'instituteur mis en cause vous offrent là une occasion de montrer dans quelle direction vous souhaitez réellement aller. Ne la manquez-là.

Je vous prie de croire, Monsieur le Directeur d'Académie, en mon attachement à l’école publique mais aussi en mon attachement encore plus profond au respect de la dignité des enfants, de tous les enfants.