J'en ai déjà parlé l'année dernière ici !

journeesansfessee600px

Cliquez sur l'image pour accéder à la Maison de l'En fant qui coordonne cette journée...

Ici, en Guadeloupe, j'ai eu le plaisir d'assister à une conférence la semaine dernière qui m'a fait chaud au coeur... Le titre était "Soigner la violence ? C'est possible..." et l'intervenant y a affirmé que toutes les petites violences de dressage des enfants, toutes les injonctions qui sont faites de ne pas y réagir en pleurant, en criant ou en étant en colère, c'était ce qui faisait le creuset de la violence des plus grands... Une grande partie du public a été un peu bousculée par ces affirmations ; pour certains, même frapper à la porte de la chambre de leur ado avant de rentrer semble étonnant... Mais j'ai bon espoir que cela a semé quelques graines de bon sens dans l'esprit de certains parents par ailleurs parfois dépassés par le comportement de leurs enfants !

Catherine Dumonteil Kremer a écrit ces mots sur son blog ce matin :

"Bonjour à vous tous,
c'est aujourd'hui la septième journée de la non violence éducative... Peut-être allez-vous participer à une manifestation organisée dans votre région, peut-être faites-vous partie des nombreux organisateurs qui se mobilisent autour de cet évènement... Et j'espère dans ce cas que vous avez pensé à signaler ce que vous faites à Yannig Raffenel qui se charge cette année de mettre en ligne toutes vos initiatives (yannig@raffenel.com).

Pour ma part j'ai eu envie de saisir quelques mots dans une conversation que j'ai vécue hier soir... Les circonstances sont banales, mon compagnon avait invité quelques amis alpinistes, nous ne nous connaissions pas... L'un d'entre eux est enseignant en collège, je lui pose quelques questions sur son métier... C'est difficile, il en a parfois assez et puis "Je ne souhaite pas à mon pire ennemi de telles conditions de vie" dit-il, il parle de ce qui est imposé aux jeunes, du collège comme d'un lieu où s'exprime une grande violence...
Sur le moment, je le rejoins, je sais que le collège est un lieu très pénible à vivre, et puis au matin, ça me travaille encore "Je ne souhaite pas à mon pire ennemi de telles conditions de vie"... Comment cela est-il possible ? Pourquoi cet accord tacite, cet aveuglement ?  Pourquoi leur imposer ce que nous serions bien incapables de subir maintenant que  nous avons le choix ?

Alors pour cette septième journée de la non violence éducative, j'ai eu envie de mettre l'accent sur les conditions de vie de nos enfants, peut-être pourrions-nous penser à leur faire une "bonne" vie à chaque instant ! Lorsque l'on évoque la violence éducative ordinaire, les punitions, les fessées, on pense beaucoup aux répercussions qui se font sur la vie de l'adulte que notre enfant va devenir, mais une des premières conséquences de la violence c'est de rendre leur quotidien triste, sans espoir...

Mon objectif pour cette journée, va être de répertorier tout ce qui rend la vie de mes enfants joyeuse et stimulante, il y a fort à parier que ni fessées,  ni punitions, ne feront partie du lot, je vous propose de m'envoyer un petit mail avec une liste de ce qui rend vos enfants heureux, tout ceci sera mis en ligne sur le site de La Maison De L'Enfant.

catherinedumonteilkremer@yahoo.fr

A vos marques, prêts... ;-)))))

Catherine Dumonteil Kremer

Pour ma part, voilà ce à quoi j'ai pensé : Ce qui les a rendu le plus heureux hier, tous les trois ?! Utiliser les micros et les enceintes de l'ordi pour faire des bruits hyper-techno et des cris en tout genre, avec larsen et cie à fond les décibels ! Défoulement et grosses rigolades garantis pendant une belle demie-heure ;o)... 

Ensuite la soirée a été étonnament calme !

La veille, les deux plus grands se sont fait une séance "pain perdu" à gogo...

Ils adorent souvent qu'on leur fiche la paix quand ils prennent des initiatives !... C'est à dire qu'on leur fasse confiance !

Et chez vous ?